À tous les fidèles et amis de la Métropole

8 avril 2020

Nous nous souviendrons de ce carême et de la semaine sainte 2020 !

Pour la première fois, dans le respect le plus loyal des règles sanitaires, nous n’avons pu nous rendre à la métropole pour les célébrer.


Nous nous sommes tenus informés des évolutions de la maladie du Covid 19, qui d’une manière sournoise et implacable a touché tant et tant de nos frères humains.

Loin des polémiques, nous réagissons humainement et chrétiennement (mais peut on séparer les deux ?). Dans cette pandémie qui nous rappelle notre fragilité, nous éprouvons de la fierté envers tous ceux et celles qui se sont donnés sans compter dans la lutte contre le fléau. Chaque soir à 20 heures, le Bourdon a sonné pour accompagner les applaudissements adressés au personnel soignant, aux médecins et à tous les acteurs en service, durant ce temps si particulier.

Avec les soeurs de la communauté Notre Dame de l’Incarnation, nous avons assuré les offices et les messes, dans la conscience que les portes matérielles fermées, nous ont amenés à une intercession plus largement ouverte à toute l’humanité. Nous avons pu approfondir la force de la foi en l’Eucharistie : Sacrifice de Jésus qui rassemble tout son amour envers l’humanité malade et souffrante. Cela peut paraitre dérisoire devant le malade blessé, impuissant, celui ou celle qui est angoissé dans un climat particulièrement anxiogène. Jésus, nous le croyons, remplit de sa présence cette épreuve redoutable. Il n’est pas venu supprimer la croix, mais s’étendre dessus.

Plus rien ne sera comme avant. La vie, l’humanité, retrouvent leur vrai sens. Cette humanité est une, solidaire dans l’épreuve et nous voulons y apporter une dimension chrétienne de confiance et d’espérance. Même si nous les jugeons bien petits, nous voulons soutenir par tous les moyens matériels et spirituels, le moindre efforts de résistance contre le fléau et préserver la conscience que nous sommes tous liés. Notre humanité ne peut plus se contenter de profits agressifs et sauvages ; qui non seulement défigurent la planète, mais aussi cassent la conscience de la valeur de chacun, comme être unique et irremplaçable, selon le projet de Dieu. 

Chez nous, dans nos foyers, unissons nous, par la prière, aux offices, célébrés à la Métropole dans les règles du confinement.

Notre lien particulier avec la Métropole et l’acte de foi en cette épreuve, nous font étendre le manteau de Marie Immaculée sur toute l’humanité, à commencer par ceux et celles qui sont à notre porte.

Il est vraiment ressuscité, et même ses plaies, laissent transparaitre la lumière qu’il est en Lui-Même.